mercredi 3 août 2011

De l'Oméga à l'Alpha : travail sur synopsis

J'en suis toujours à travailler sur le synopsis de De l'Oméga à l'Alpha, mais je trouve cette étape vraiment intéressante même si elle peut parfois paraître laborieuse. Les bêtas reçues sur le synopsis sont très utiles car elles permettent de voir les incohérences qui restent dans l'histoire. Quand on écrit de la SFFF, il est bien souvent difficile de réfléchir à toutes les répercussions que devraient avoir les éléments "extraordinaires" qu'on introduit dans l'histoire. C'est là où les bêtas sur le synopsis prennent toute leur importance, car chacun va songer à des points différents qu'impliquent les éléments "extraordinaires".
Prenons l'exemple de De l'Oméga à l'Alpha : l'élément extraordinaire, ce sont tous les espaces parallèles, et en particulier les espaces-rêves. Le premier point de logique fondateur de l'histoire avait été de concevoir une agence dédiée au contrôle de ces espaces. En effet, on n'imagine pas la découverte de tels espaces sans que les gouvernements souhaitent pouvoir contrôler ce qui s'y passent. Mais ce que je n'avais pas vu dans mon synopsis, c'est que je ne faisais pas agir correctement cette agence par rapport au rôle qu'elle était sensée tenir.

Un autre point où les bêtas sont utiles sur un synopsis, c'est pour la gestion des informations importantes de l'histoire. Les fait-on arriver trop tôt ? Trop tard ? De manière pas assez explicite ? Quand on est l'auteur, on est omniscient sur notre histoire, ce qui rend la tâche ardue pour savoir quand est-ce qu'on doit dire quoi. Un regard extérieur est alors plus que bienvenu. Dans le cas précis de De l'Oméga à l'Alpha, il y avait jusqu'à présent le parti pris de cacher au lecteur quasiment jusqu'à la fin du récit ce que contient l'espace oméga, c'est à dire ce pour quoi s'affrontent mes protagonistes. Dangereux parti pris, difficile à manier... Les bêtas sur le synopsis m'ont montré que ce n'était finalement pas une bonne idée de trop le cacher, car la surprise qu'a le lecteur à la fin n'agit pas du tout dans le bon sens. Ce que contient oméga surprend trop. Si on ne s'y attend pas un peu, ça apparait trop en décalage avec le reste de l'histoire. Il va donc falloir soit que j'annonce dès le début de quoi il s'agit, soit que je dissémine suffisamment d'éléments au fil du récit pour que mon lecteur finisse pas avoir de sérieux doutes.

Pour terminer, même s'il risque de ne pas trop vous parler, voici mon plan de révision de mon synopsis suite aux bêtas reçues :
- Mes "gentils" sont trop gentils. Il faut qu'ils n'hésitent pas à aller jusqu'au bout de leurs démarches et de leur boulot de surveillance. Quitte à rendre la tâche bien plus difficile à Ambre, mais ça ne fera que rajouter du piment à l'histoire.
- Mieux expliquer tout ce qui orbite autour de la Magie. Notamment d'où elle vient et comment les mages peuvent savoir comment se servir de leurs dons dès la réapparition de la Magie.
- Faire attention à ne pas rendre trop répétitive la quête des artefacts.
- Recogiter les passages "internationaux" et leur utilité.
- Virer l'épilogue qui ne sert pas à grand chose sauf à donner au lecteur la fausse impression que je compte faire un tome 2 (ce qui n'est pas le cas).
- Bien présenter les motivations d'Ambre à mener une telle quête.
- Rendre plus "oniriques" les passages en rêve et le mode de fonctionnement des espaces-rêves.
- Préparer l'arrivée de la Magie auprès du lecteur.

4 commentaires:

  1. Coucou Sytra,

    je n'avais pas lu ton commentaire...

    Que dire si ce n'est que je culpabilise un peu, car j'ai peur d'avoir contribué à t'écoeurer de ce synopsis, que je trouve toujours très bon. Alors certes, il comportait des défauts, mais le concept était très original. Je suis content que tu laisses entendre qu'il n'est pas impossible que tu exploites par la suite certaines idées de cette histoire.

    J'ai vécu à 20 ans une expérience similaire : après une grave maladie, j'ai écrit un roman à la première personne : c'était une histoire gothique très sombre, que je n'ai jamais terminé. Ce qui est incroyable, c'est que des années après je me suis lancé dans l'écriture des Pirates de l'Escroc-Griffe, un roman plus léger qui n'a absolument rien à voir... Je crois qu'à l'époque je n'avais tout simplement pas la maturité nécessaire pour mener à bien un tel projet, mais il n'est pas exclu que je le reprenne un jour !

    Tout ça pour dire que ce genre d'expérience nous permet de mûrir, et que l'essentiel, c'est de garder le plaisir d'écrire ;)

    Bon courage pour la suite ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. "je n'avais pas lu ton commentaire..."

    Je voulais dire "ce billet".

    RépondreSupprimer
  3. "Que dire si ce n'est que je culpabilise un peu, car j'ai peur d'avoir contribué à t'écoeurer de ce synopsis, que je trouve toujours très bon."

    Non, non, ne t'inquiète pas ! Aucunes des bêtas reçues sur le synopsis ne sont en cause dans ma décision d'abandonner ce projet. Il s'agit vraiment d'une décision liée à mes sentiments personnels vis à vis de ce roman.
    Il y a des idées que j'aime bien dedans, comme les espaces-rêves ou le fait d'avoir une héroïne qui n'a pas des intentions très pures. Donc il est possible que je les réutilise dans de futures histoires. Mais pour l'instant j'ai bien d'autres idées de textes à développer et exploiter. ;-)

    RépondreSupprimer