mercredi 22 août 2018

Calame T1, Les deux visages, de Paul Beorn

Auteur : Paul Beorn
Année d'édition : 2018
Edition : Bragelonne
Nombre de pages : 450
Public visé : Adulte
Quatrième de couverture : Après un an de guerre civile, la rébellion contre le "Roi Lumière", le tyran de Westalie, est écrasée dans le sang. Son chef légendaire, Darran Dahl, est tué, ses partisans dispersés ou jetés au cachot.
Parmi eux, la jeune Maura, sa lieutenante. Le célèbre légendier D’Arterac lui propose un marché : son exécution sera suspendue le temps qu’elle lui raconte la véritable histoire du chef rebelle, ce mystérieux guerrier aux origines obscures, que l’on prétendait indestructible.
Mais profitant de ce sursis, Maura prépare peu à peu son évasion pour reprendre la lutte…
Voilà longtemps que je n'avais plus fait de chronique sur ce blog, n'ayant plus le temps de recevoir des services presse. Mais là, je me suis dit qu'il fallait que j'en fasse une. Parce que ce roman est complètement desservi par sa couverture et son (ses) titre, alors que c'est une PUTAIN DE PEPITE de la fantasy !
Vous l'aurez compris, ce roman a été un coup de coeur pour moi et cette chronique a pour but de vous le faire connaître. En espérant qu'elle vous donnera vraiment envie de vous plonger dedans. ;)

Commençons d'abord par ce qui fâche : j'ai nommé la couverture et le choix des titres. Sérieusement, j'en veux à Bragelonne sur ce coup-là. Parlons d'abord de la couverture. Elle n'est pas mal faite, hein, l'illustrateur a un joli coup de crayon et elle annonce au moins qu'il s'agit d'un roman de fantasy. Mais à mes yeux (et les copines avec qui j'en ai parlé pensent pareil), elle n'a rien d'attirant. Un guerrier, une cité médiévale, une femme à cheval vue de loin... Sérieux, Brag', vous osez encore fait des couvertures de fantasy aussi peu intrigantes ? Alors que vous êtes capables de nous sortir de très belles couvertures comme celles des Epées de Glace (et pourtant j'ai laissé tomber ce roman au bout de trois chapitres tant je l'ai trouvé cliché -_- Y a pas de justice au monde de l'édition.) Et puis, c'est quoi ces couleurs pastels en vert et bleu ? Dans le genre "je veux pas attirer l'attention", on fait pas beaucoup mieux. :/
Quant aux titres, une fois qu'on a lu l'histoire, on comprend pourquoi ils ont été choisis. Mais c'est bien là le problème. Une fois qu'on a lu le roman. Avant ça, ils n'évoquent pas grand chose. Calame pourrait être évocateur, mais en fait ça ne correspond pas à ce à quoi vous pourriez penser (ça correspond à un truc super chouette dans le roman pourtant, mais pas vraiment au fait d'écrire, en tout cas pas au sens propre). Quant à "Les deux visages" ? Paul, je sais que tu n'aimes pas mettre des termes tirés de ton univers dans tes titres de roman, mais sérieusement "Les deux visages de Kàn" auraient eu une petite chance de m'intriguer plus, à tout prendre. Et en vérité, y avait des choix plus sympas dans les titres que tu nous avais soumis pour avis sur Cocy. Comme "La marque des mages". Peut-être pas très original pour de la fantasy, mais au moins ça aurait fait son boulot évocateur. En tout cas, personnellement, ça m'aurait attiré bien plus...

Passons maintenant à pourquoi vous devez lire ce roman !
Si je suis passé outre un emballage qui pour un autre m'aurait rebuté, c'est parce que Paul Beorn est un auteur que j'apprécie, notamment depuis ma lecture de son précédent roman de fantasy "Le septième guerrier mage" (qui avait aussi été un de mes coups de coeur). Et puis, s'il y a un truc sur lequel Brag' ne s'est pas trop raté pour ce premier tome de Calame, c'est la quatrième de couverture. Pour le coup, je l'ai trouvée intrigante et au final le livre tient tout à fait les promesses qui y sont faites. :)
Je me demandais comment Paul Beorn allait relever le défi de raconter une histoire dans l'histoire (le récit que Maura fait au légendier D'Arterac). Et bien, avec brio ! C'est avec un naturel troublant (je ne pensais pas que narrativement parlant ça pouvait passer aussi bien) qu'on bascule dans le récit fait par Maura des évènements passés. On les découvre par ses yeux et sa voix, puis par petites touches à travers le témoignage d'autres personnages. Et ce récit a posteriori, c'est le véritable coup de génie de ce roman ! Si Paul Beorn avait raconté les évènements qui amènent à la rébellion de Darran Dahl de manière classique, le roman aurait connu un démarrage lent et mou, peu accrocheur. Comme en pâtissent d'ailleurs beaucoup de romans de fantasy. Mais ici, on connait le point d'arrivée du récit de Maura, et ça change tout. Parce que d'un coup, on ne s'intéresse plus à ce que vont vivre les personnages, mais à comment ils en sont arrivés là (i.e. rebelles ayant perdus leur dernière bataille et leur chef légendaire). Ce qui projette un éclairage très différent sur tout ce que nous raconte Maura. Dès le début du récit, des questions planent (comment de simples villageois sont devenus le coeur d'une armée révolutionnaire ? comment Maura, si jeune, est-elle devenue le bras droit de Darran Dahl ? pourquoi en sont-ils arrivés à s'attaquer à la capitale impériale ? etc.). Et les réponses à ces questions, on les guette dans chaque partie du récit de Maura.
L'autre force de ce roman, c'est l'alternance entre passé et présent. Car le présent est tout autant porteur de tensions, voir plus, que le passé. Plus le temps passe et plus on s'inquiète de savoir si Maura réussira à s'échapper. Mais on s'attache aussi au légendier et au secret qu'il porte. Et on finit par comprendre que le passé n'est qu'un prélude. L'histoire ne s'arrêtera pas à la prison de Frankand.
J'ai aussi adoré les magies qui apparaissent dans ce roman. On ne les découvre que peu à peu, mais quand j'ai fini par comprendre vraiment de quoi il retournait, vers la fin du roman, j'ai trouvé l'idée tout à la fois simple et géniale (surtout pour le calame, même si la magie de Maura est aussi très chouette).

En conclusion, ce roman fait dans la fantasy classique, mais ce n'est nullement un reproche. C'est de l'excellente fantasy épique. On y retrouve tout ce qui fait la saveur de ce genre (du combat, des héros, de la magie sous différentes formes, un tyran à abattre,...). Mais Paul Beorn ne tombe jamais dans les clichés. Il sait donner vie et profondeur à ses personnages et à son univers, avec une saveur particulière. Calame est de ces romans dans lesquels on plonge et qu'on ne voudrait pas avoir à quitter tant on devient familier des personnages et du monde dans lequel ils évoluent.
Il semblerait que ce roman peine à trouver ces lecteurs (Bragelonne s'est aussi raté sur la campagne de lancement -_-). Tout ce que je lui souhaite, c'est que le bouche à oreilles fonctionne ! Et aussi, d'être sélectionné pour des prix (et les gagner !) afin d'obtenir la notoriété et la visibilité qu'il mérite. :)

lundi 27 novembre 2017

Crawl "Thor vs Thor"

Je continue sur ma lancée des crawls (pour le nanowrimo ou pas, peu importe en fait). Les deux derniers créés n'ayant pas réussi à écrire la copine scribouilleuse que je souhaite soutenir dans son nano, j'en reviens aux fondamentaux des crawls, à savoir utiliser un (des) univers pré-existants.
Mais pour ce nouveau crawl, j'ai eu l'envie de m'amuser un peu en faisant du cross-over. Attention, ça risque de piquer un peu les yeux de certains ! ^^
Je vous présente donc le crawl "Thor vs Thor" !













Thor, dieu de la foudre dans l'univers Marvel VS Thor, commandant suprême de la flotte Asgard dans l'univers de SG-1.
Le crawl est écrit du point de vue de Thor, dieu de la foudre. ;)

Alors que vous empruntez le bifrost pour vous rendre en mission d'ambassade dans les neuf royaumes, vous êtes soudain balloté et tiraillé dans tous les sens. Ecrivez pendant 5 mn.
Votre atterrissage est quelque peu chaotique et douloureux. Mais ce ne sont pas deux-trois rebonds entre des troncs un peu trop serrés qui vont mettre à mal le dieu de la foudre ! Ecrivez jusqu'à la centaine supérieure pour vous remettre les idées en place.
Vous vous rendez compte que vous vous trouvez dans une forêt profonde, où le seul bruit que vous entendez est le chant d'un coucou (en tout cas, ça y ressemble). Environnement bien différent de la cité que vous deviez rejoindre. Prendre un peu de hauteur ne vous fera pas de mal. Vous faites tournoyer Mjöllnir puis vous élevez à travers la frondaison. Ecrivez 100 mots.

La planète sur laquelle vous vous trouvez ne vous dit rien, et encore moins le vaisseau en forme de pyramide qui flotte au loin au dessus de zones agricoles. Amis ou ennemis, impossible à savoir, mais s'ils maitrisent les technologies spatiales ils sauront sans doute répondre à vos questions. Ecrivez 10mn pour vous rendre en zone peuplée.

Alors que vous atterrissez non loin du vaisseau, vous vous rendez compte de sa taille phénoménale. Dans son ombre se trouve un village où des tirs sont échangés. En vous approchant, vous apercevez des soldats dont l'uniforme à tête de serpent vous parait quelque peu étrange. Les villageois sur lesquels ils tirent sont habillés d'une manière qui vous est bien plus familière, dans un style tout à fait viking. Ces villageois semblent tout à fait dépourvus de moyens de défense pouvant rivaliser avec les armes énergétiques des soldats à tête de serpent. Vous ne pouvez les laisser se faire massacrer ainsi ! La rage au ventre, vous vous lancez dans la bataille et jouez de Mjöllnir pour terrasser ceux qui s'en prennent à des civils désarmés. Ecrivez 10mn.

Alors que vous progressez, vous entendez des tirs à l'arme à feu et vous découvrez un petit groupe de soldats, dont les armes et les vêtements vous semblent terriens, qui essaient de se replier avec une partie des villageois. Vous décidez que le mieux à faire et de vous joindre à eux. Ecrivez 200 mots pour décimer les rangs ennemis et rejoindre leur groupe.

Sans cesser de tirer sur leurs ennemis, le plus âgé de leur groupe s'adresse alors à vous.
- Vous êtes qui ? Drôle d'accoutrement, mais joli coup de marteau.
- Je suis Thor, fils d'Odin et dieu de la foudre !
Alors que vous vous attendiez à ce que cette déclaration vous amène le respect qui vous est dû, vous attirez seulement des regards surpris.
- Mon gars, ça, ça m'étonnerait ! On commence à bien connaître le vrai Thor, et je peux te dire qu'il ne te ressemble pas pour deux sous.
Vous restez un instant interdit, car c'est bien la première fois que l'on vous dit qu'il y a un autre Thor, qui de plus serait le véritable ! Mais les tirs de vos assaillants vous empêchent de répondre de suite. Décidez à faire un peu de ménage, vous lancez Mjöllnir sur le groupe qui s'avance vers vous puis le rappelez à votre main. Ecrivez 100 mots pour cette attaque.
Votre manoeuvre déclenche un sifflement admiratif de celui qui vous a interpellé.
- Faudra me dire où je peux m'en procurer un comme celui-là ! vous lance-t-il entre deux rafales de tir.
- Mjöllnir est unique, et je suis le seul à pouvoir le manier.
- Dommage...
- Mjöllnir ? intervient un deuxième membre du groupe, plutôt freluquet à lunettes. Le marteau de foudre de Thor ?
- Je suis le dieu de la foudre, donc oui c'est bien ce marteau-là.
Ces humains vous semblent un peu idiots, incapables de comprendre des choses aussi simples. Toutefois, la situation ne se prête guère aux explications et aux débats. Ecrivez 10mn alors que votre groupe amène peu à peu les villageois vers la frondaison d'une forêt.

Vous avez réussi à vous débarrasser du groupe d'ennemis qui vous assaillait et vous avez ensuite suivi les terriens qui ont amené au pas de courses les villageois à travers les sous-bois jusqu'aux abords d'une clairière. Au centre de celle-ci trône un immense anneau dont le pourtour semble parcouru de runes dont vous ne reconnaissez pourtant pas la forme. Vous comprenez rapidement que cet anneau est le but de vos alliés. Mais il y a un problème de taille : entre lui et vous se déploie une bonne vingtaine de soldats adverses. Alors que vos alliés discutent pour savoir comment passer, vous décidez qu'il est temps de faire du ménage. La configuration du groupe adverse s'y prête particulièrement bien. Ecrivez 200 mots : une nouvelle fois, vous faites tournoyer Mjöllnir pour prendre votre envol. Une fois en l'air, vous convoquez la foudre qui s'accumule autour du marteau. C'est environné d'éclairs que vous atterrissez au milieu de vos ennemis et frappez le sol avec le manche de Mjöllnir. L'onde de choc et de foudre met à terre tous les soldats à tête de serpent, à votre plus grande satisfaction.
Les villageois sortent alors du sous-bois et s'inclinent devant vous. L'équipe de terriens n'en fait rien, mais quand ils s'approchent vous percevez dans leur attitude une admiration nouvelle.
- Comment est-ce que vous avez fait ça ? C'est une sacrée technologie.
- C'est le pouvoir qui m'a été attribué par mon père, Odin. Mais peu importe. Maintenant que nous sommes tranquilles, pouvez-vous me dire si vous connaissez un moyen pour que je rentre sur Asgard ?
Tous vos interlocuteurs vous regardent d'un air dubitatif. C'est le freluquet à lunettes qui reprend la parole.
- Sur Asgard ? Les Asgards sont une race et un peuple, pas un lieu.
- Bien sûr que si, il s'agit d'un lieu ! Et on peut l'atteindre grâce au bifrost.
- Le pont arc-en-ciel ? Le chemin des dieux ? Vous voulez peut-être parler de la porte des étoiles ?
- Je ne l'ai jamais entendu appelé ainsi. Tout le monde dans les neuf royaumes connait le bifrost.
- Mon gars, reprend le plus vieux, je comprends pas tout à ce que vous racontez, mais de nouvelles troupes d'Apophis vont bientôt se pointer et il faut qu'on mette tous ces gens à l'abri. On a prévu de les amener au véritable Thor. Si vous voulez venir avec nous, vous êtes le bienvenu. On pourra démêler tout ça là-bas.
La proposition vous parait sensée, et vous acceptez. Pendant qu'ils rassemblent tout le monde et qu'ils activent leur Porte des Etoiles (qui a effectivement un léger air de ressemblance avec le bifrost, ce qui vous amène à vous dire que tout n'est pas perdu pour retourner chez vous), vous montez la garde. Ecrivez 10mn.

De nouvelles troupes ennemis approchent alors que les derniers villageois ne sont pas encore partis. Sprintez 5mn pour les maintenir à distance puis arrondissez votre score à la centaine supérieure pour rejoindre la Porte des Etoiles et pénétrer dans son vortex.
Dans un roulé-boulé, vous atterrissez sur un sol lisse et métallique. En vous redressant, vous comprenez que vous êtes dans un vaisseau spatial. Dans la grande salle où vous êtes arrivé se trouvent les villageois que vous avez évacués ainsi que l'équipe de terriens. Et à leurs côtés de petits hommes gris tout fluets, d'une race que vous n'avez encore jamais croisée. L'un d'eux s'approche vers vous.
- Bienvenu sur ce vaisseau. Je vous remercie de l'aide que vous avez apporté à mes amis. Je suis Thor, commandant suprême de la flotte asgarde.
Vous le regardez avec des grands yeux. Ca doit être une blague. Ecrivez 100 mots.
- JE suis Thor, fils d'Odin et dieu de la foudre.
- En effet. Seulement, vous ne l'êtes pas dans cette réalité. Vous venez d'une autre dimension, et je peux vous y renvoyer si vous le souhaitez.
Vous ne comprenez pas grand chose à ce que vous raconte ce petit être, mais il vous propose enfin ce que vous cherchez depuis que vous avez atterri dans cette forêt.
- Ce serait très aimable à vous, en effet.
Alors qu'il active la Porte des Etoiles, le terrien le plus âgé s'approche de vous et vous donne une tape sur l'épaule.
- Mon gars, d'après Thor, vous semblez bien être Thor. Carter a l'air de trouver ça logique, Jackson trouve ça fascinant et Teal'c est déstabilisé par la possibilité qu'il existe de vrais dieux. Moi j'y pige pas grand chose, mais je sais que vous nous avez bien aidé, alors merci !
- Y a pas de quoi.
Lorsque le vortex s'ouvre, il prend des couleurs qui vous sont soudain bien familière. Il est temps de repartir chez vous. Arrondissez votre score à la centaine supérieure.

jeudi 9 novembre 2017

Crawl "Gagner le Prince !" pour le Nanowrimo

Bon, mon crawl écossais a eu du succès auprès de certain(e)s, mais moins auprès d'autres. Les "autres" en question réclamant à corps et à cris des bisous dans mes crawls, j'ai décidé de donner satisfaction. Mais ceci n'est pas (vraiment) un crawl "Romance", comme vous allez vite vous en rendre compte. :P

Le roi souhaite marier ses trois fils et pour ce faire à convier au palais toutes les jeunes filles à marier (et de bonne famille, il va sans dire). Vous voyez là l'occasion de réaliser votre ambition de longue date, et vous ferez tout pour être l'une des trois élues !

Lors de la réception d'accueil, vous choisissez le prince qui sera votre cible. (Crédit pour les 4 illustrations : leejun35 on DeviantArt)

1/ L'aîné, sombre et ténébreux :
2/ Le cadet, blond aux yeux bleus :
3/ Le benjamin, rebelle et guerrier :
4/ Vous craquez en fait pour leur soeur :

Votre première tâche sera de vous faire présenter à celui (ou celle) que vous avez choisi. Ecrivez 150 mots pour convaincre le Grand Chambellan de vous introduire. C'est votre première occasion de marquer des points : sprintez pendant 5mn. Si vous avez écrit plus de 150 mots, vous faites une impression durable. Si vous avez écrit moins de 100 mots, le stress vous fait bafouiller et vous rougissez de honte.

Alors que la soirée avance, vous vous rendez compte que la concurrence va être rude. Ecrivez 15mn pour commencer à répandre des ragots sur vos principales adversaires.

Le lendemain, le roi a organisé une sortie à cheval. Malheureusement pour vous, vous vous retrouvez coincez à l'arrière de la troupe. Lorsque le groupe arrive dans la forêt, les cavaliers de tête le lancent au petit galop. Sprintez pendant 10mn. Plus de 300 mots écrits, vous faites une démonstration magistrale d'équitation et, doublant vos concurrentes, vous arrivez aux côtés de votre cible. Moins de 200 mots écrits, votre cheval récalcitrant à l’outrecuidance de vous envoyer par terre ! Vous vous relevez sous les regards goguenards de vos concurrentes, mais vous n'avez pas dit votre dernier mot.

Après la sortie à cheval, un nouveau banquet est organisé. Il est temps de réduire un peu le nombre de vos adversaires. Ecrivez 15mn. Tous les 50 mots atteints, vous empoisonnez la nourriture d'une concurrente supplémentaire. Rien de mortel, mais elles devraient être hors d'état de nuire pour une bonne semaine.

Le troisième jour au matin, vous vous rendez compte qu'on vous a volé vos fards. Vous ne pouvez absolument pas vous présentez devant leurs Altesses sans vous être maquillée ! Choisissez-vous de rechercher la voleuse (option 1), ou d'envoyer votre servante acheter de nouveaux fards en ville (option 2) ?
1/ Sprintez 10mn. Si vous dépasser les 300 mots, votre ténacité paie et vous mettez la main sur vos fards et surtout sur la voleuse. En l'accusant publiquement, vous jetez l'opprobre sur elle et la faites renvoyer. Sinon, vous ratez les activités du matin le temps que votre servante vous trouve de nouveaux fards.
2/ Ecrivez 350 mots. Vous arrivez en retard à la première activité de la journée, mais de fait vous attirez l'attention sur vous, ce qui est une bonne chose puisque vous êtes resplendissante.

Nouvelle réception. Vous avez identifiez votre principale concurrente, qui passe son temps à faire du charme à votre cible. C'est tout sourire et un verre de vin rouge à la main que vous vous approchez d'elle et de sa magnifique robe rose poudré. Sprintez 5mn. Si vous dépassez les 150 mots, vous trébuchez de manière très convaincante et le verre se renverse sur sa belle robe. Horrifiée, elle doit se retirer pour se changer et vous avez le champ libre pour discuter avec celui (ou celle) qui vous apportera à n'en pas douter le titre de princesse. Si vous écrivez moins de 100 mots, votre verre se renverse bien sur votre adversaire, mais votre manoeuvre a été trop évidente. Vous n'obtenez qu'une grimace de désapprobation de la part de votre cible.

Quatrième jour. Cette fois, le roi a organisé un pique-nique champêtre. Vous sentez que c'est l'occasion où jamais de conclure. Vous vous installez aux côtés de votre cible et, tout en conversant, usez de tous vos charmes pour le (la) séduire. Ecrivez 10mn pour parvenir à vos fins et lui voler un baiser.

Vous avez au total écrit plus de 2000 mots ? Félicitations, vos fiançailles sont annoncées à tout le royaume et votre mariage sera bientôt célébré en grandes pompes !
Sinon, dommage pour vous, l'une de vos concurrentes a été plus habile, et malgré le baiser volé votre cible ne vous a pas choisie. Retentez votre chance dans le royaume voisin. ;)